Recommandation de la Commission européenne relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation

veille

La Commission européenne a publié, le 25 avril 2018, une recommandation relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation. Elle s’appuie sur celle du 17 juillet 2012 et la remplace. Pour la Commission, l’ouverture, la transparence et l’accessibilité sont les facteurs clés d’une science ouverte.

La recommandation aborde successivement :

  • le libre accès aux publications scientifiques (points 1 et 2) ;
  • la gestion des données de la recherche, dont le libre accès (points 3 et 4) ;
  • la préservation et la réutilisation de l’information scientifique (point 5) ;
  • les infrastructures pour la science ouverte (points 6 et 7) ;
  • les aptitudes et les compétences (point 8) ;
  • les incitations et les récompenses (point 9) ;
  • le dialogue entre toutes les parties prenantes concernant la science ouverte à un niveau national, européen et international (point 10) ;
  • la coordination structurée des États membres au niveau de l’Union et le suivi de la présente recommandation (point 11).

La partie sur les données de la recherche est plus détaillée que dans la recommandation de 2012 avec notamment le fait que les données doivent suivre les principes FAIR, dans un environnement sécurisé et fiable, par le biais d’infrastructures numériques (y compris celles fédérées au sein de l’European Open Science Cloud (EOSC). Il est également question d’extraction et de réutilisation des informations dans le cas de la fouille de textes et de données (TDM) : pour les publications par la conservation des droits de propriété intellectuelle nécessaires, et pour les données par le choix de licences appropriées.

Les points sur la formation et les incitations sont plus précises avec : la préconisation de plus de programmes diplômants — nouveaux profils professionnels portant spécifiquement sur les technologies de traitement des données — ainsi qu’une formation plus systématique sur la gestion de données, la conservation et la science ouverte ; la mise en place de meilleures incitations et récompenses pour les chercheurs qui intègrent le libre accès et les plans de données de recherche dans leurs processus de recherche et de publication dès le début de leurs pratiques.

Pour plus d’information, cliquez ici