BSN 2 : dispositifs d’accès et d’hébergements

Objectifs

La Bibliothèque scientifique numérique a pour objectif principal de couvrir les besoins documentaires de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche française dans le paradigme numérique. Nous faisons l’hypothèse que les dispositifs d’acquisition documentaires privilégieront un transfert de données riches (textes intégraux et métadonnées détaillées), lesquelles viendront alimenter un entrepôt commun dans le cadre du développement du web sémantique et du {linked open data}.

L’objectif des dispositifs d’hébergement est d’assurer la pérennité des données (cartographie des dispositif d’archivages à long terme par exemple), la pérennité des accès (utilisation d’identifiants pérennes, chaines de responsabilité dans l’accès, généralisation de la mise en place d’API) et l’interopérabilité des métadonnées.

L’objectif des dispositifs d’accès est de fournir à chaque chercheur une interface ergonomique et efficace lui permettant d’accéder le plus simplement possible à l’ensemble des ressources qui lui sont ouvertes, mais aussi de fouiller dans des corpus personnalisables en tout lieu et à toute heure.

Cadre général

Il existe de nombreux dispositifs d’accès aux ressources scientifiques numériques : parmi eux, on peut citer les sites web des établissements (organismes, universités), les sites des grandes bibliothèques (Gallica, BNU…), les plateformes nationales type Open Edition avec Revues.org, Persée, Numdam, les sites de laboratoires et entrepôts de données dans de nombreuses disciplines (BVH, Telma, Cn2sv, CDS de Strasbourg…), les portails disciplinaires de titres de revues tels ceux développés à l’INIST/CNRS (BiblioVie, BiblioSHS…), les portails des éditeurs publics ou privés…

Ces sites, plateformes ou portails donnent accès à des ensembles de documents regroupés pour des usages multiples : collections de revues, collections de livres, ensembles de référence pour une thématique donnée…

Si cette diversité montre l’intérêt de nombreux acteurs pour la numérisation et la mise en ligne de ressources scientifiques, elle est aussi un facteur de complexité pour l’usager, qui doit multiplier les entrées et recouper les résultats. Pour les sciences humaines, Isidore développé par le TGE Adonis et le CCSD a été la première brique permettant d’offrir un accès unifié proposant des enrichissements sémantiques réutilisables, largement ouvert vers l’open data (API et SPARQL endpoint disponibles, identifiants uniques handle réutilisables par les communautés scientifiques). Ce dispositif, limité pour le moment limité aux sciences humaines, est un modèle qui peut être adapté pour d’autres besoins dans d’autres disciplines.

Acteurs

Pilotes

BAUIN Serge, DIST-CNRS

POUYLLAU Stéphane, directeur de la très grande infrastructure Corpus-IR et chargé de mission pour le développement de la plateforme Isidore

Participants

ABES, BnF, CEA, CLEO, CNRS, FRM, INIST-CNRS, INRA, INRIA, INSERM, MENESR, PERSEE, RNBM